Patti Smith : l’aura d’une reine

Patti Smith : L’aura d’une reine

C’est à la librairie Comme un roman à Paris que la star du rock, marraine du mouvement punk, mais aussi poétesse, écrivaine, photographe, peintre américaine Patricia Lee Smith, plus connue sous le nom de Patti Smith a dédicacé son nouveau livre Dévotion paru chez Gallimard.

Une queue immense serpentait le long de la rue de Bretagne. Certains étaient là depuis 10 h du matin.

À l’heure dite, c’est-à-dire à 19 h, on fit entrer cette masse humaine qui, certainement, ne pourrait tenir tout entière dans cette librairie dont on n’aurait certainement pas pu pousser les murs pour accueillir les innombrables fans de l’interprète de « horses ».

Donc, ce fut par groupes de 20 que l’on les fit monter à l’étage où Patti Smith, debout derrière une grande table, accueillait chacun d’un sourire chaleureux .

À ses côtés, Alain Lahana, plus connu sous l’appellation « Le rat des champs », manager français, veillait à tout.

Dans la journée, Patti, qui ne resterait que deux jours dans la capitale, avait commencé le marathon médiatique et avait rencontré un passionné de rock à France Inter, Antoine de Caunes pour son émission « pop pop pop ».

Dévotion est le 3 ème livre de Patti Smith.

Elle y parle d’obsession d’écriture, de ce qui anime sa flamme d’écrivaine, mais aussi de moments rares comme cette rencontre avec la fille d’Albert Camus.

Patti, dont la vie est un véritable roman dont elle a raconté une partie dans « Just Kids » m’a fait l’impression d’une personne profondément agréable et humaine, à mille lieues du cliché de la rock star, et j’ai eu du mal à déceler cette révolte qui a fait sa force et forgé sa légende aussi.

Le lendemain, elle récidivait au drugstore Publicis sur les Champs-Elysées, à peine remis encore d’une autre révolte, image d’une France à feu et à sang, pour celle qui exprimait si bien la révolte dans les années 70.

Patti Smith a ce regard désormais tranquille, comme apaisé. Il émane d’elle une aura, celle d’une reine du rock, d’une véritable icône qui a gardé l’allure juvénile de ses jeunes années, une inspiratrice aussi pour d’autres grands artistes rock pour qui, par la force de ses textes et son interprétation novatrice à l’époque, a ouvert le chemin vers d’autres carrières rock.

Patti Smith, c’est avant tout le partage. Le partage de sa peinture, de sa musique, de sa poésie, de ses photos, de son écriture. En fait, c’est le généreux partage de ses émotions les plus belles, et cela se voit lorsqu’elle accueille les personnes venues la voir quelques rares instants. C’est comme si, d’un simple sourire, elle leur ouvrait son cœur. Et quand on est venu lui dire que c’était bon, que l’on approchait de l’heure, elle s’est retournée vers son manager :

« Peut-on en faire monter encore 20 ? »

Respectueuse de celles et ceux qui, dans le froid glacial d’une nuit de décembre, attendaient dehors pour pouvoir ne serait-ce qu’échanger un regard avec elle, humble comme seuls savent l’être les très grands. Humble jusqu’à la pointe de ses cheveux désormais blanchis.

Helena Mora

Corrections : Amandine Lebreton

Photos avec l’aimable autorisation de Alain Lahana

Suivez-nous :

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire