Tous ensemble pour la musique fut le mot d’ordre lancé par France 2

Avec 3 jours d’avance sur le calendrier, la dernière fête de la musique à l’Accord Arena retransmise par France 2 était avant tout profondément humaine, une sorte de Belle au Bois Dormant se réveillant du cauchemar du Covid 19.

Un show où s’est succédé tout le gratin de la scène française sur la scène de l’Accord Arena Bercy.

Elle fut comme une renaissance un retour aux sources du divertissement, le signal de départ pour cette communion avec le public qui a tant manqué aux artistes et à leurs fans.

Bien sûr le public était là, 3000  spectateurs pour une salle habituée a en accueillir 20.000 mais ils étaient venus bien sure  masqués, et cela ne les empêcha pas de chanter et danser comme dans le monde d’avant. 

« Tous ensemble pour la musique » respectant les règles sanitaires rappelait quand même que le virus n’avait pas encore disparu de l’Hexagone mais qu’importe on sentait fortement ce bonheur des artistes de se produire sur scène après en avoir été sevrés pendant 3 mois. Il est vrai que les lives et échanges sur les réseaux sociaux ne peuvent remplacer un vrai échange humain. 

Ce fut donc une véritable pléiade d’artistes  qui se succédèrent sur scène et certains même comme Sting, Shaggy ou les Black Eyed Peas  étaient en duplex, pour ne citer qu’eux. 

Des moments parfaits  comme quand Thomas Dutronc qui l’après-midi avait donné un concert sur la péniche Froufrou en installant  son public sur les berges du Canal St Martin pour fêter le lancement de son album « Frenchy » reprit même « La belle vie » de Sacha Distel, d’une voix traînante comme une mélodie qui s’accroche au cœur et surtout porteur d’un si joli message d’espoir !

Benjamin Biolay quant à lui reprit avec Camilla Jordana « 69 année érotique » de Serge Gainsbourg.

Voilà pour le retour aux Sixties.

Hoshi nous rappela en chanson qu’il n’y a pas d’amour censure que de l’amour sincère. 

Photo : Christian Evrard

Patrick Bruel interpréta son hommage au personnel soignant, c’était d’autant plus émouvant qu’ il avait lui-même été malade. 

Garou, l’animatrice Laury et Kenji Girac se lancèrent dans un hommage au taulier en interprétant «Oh Marie» 

Tom Leeb nous promit le meilleur de lui-même avec « The best on me ». 

Yannick Noah était en pleine forme aussi.

Tryo ne manqua pas la fête avec son hymne de nos campagnes.

Le nouveau couple de la  scène française, Vitaa et Slimane gratifièrent leur public avec un medley.

En parlant de medley, Catherine Ringer prouva une fois de plus qu’elle a une énergie époustouflante.

Christine and The Queen ne manqua pas non plus à l’appel du cœur. 

Bénabar a repris un thème cher à Michel Delpech  « Les divorces ». 

Chez Michel Delpech, c’était les divorcés, chez Bénabar, c’est « Tous divorcés », les époques changent, seules les histoires d’amours heureuses ou malheureuses demeurent. 

Vous parler de tous serait fastidieux.

Amel Bent, Pascal Obispo, El Capon,  Dadju , Imens Es ,Clara Luciani, Crystal Murray, Suzane, Boulevard des Airs, Carla, Claudio Capéo, Les Frangines, Bilal Hassani,  Pierre Lapointe au Canada et le groupe Aliose en Suisse et bien d’autres illuminèrent les cœurs des spectateurs de Bercy et les téléspectateurs derrière leurs écrans. 

La radio France Bleu inaugura un prix « le premier label coup de cœur » qu’elle décerna à Antoine Elie. 

Garou clôtura la soirée avec un Medley Motown.

Suzanne en parlant de la Sacem avait déclaré quelques minutes auparavant que la culture était l’arme la plus massive aujourd’hui pour nous réunir. 

J’aimerais reprendre ici et l’adapter à la culture ce que disait le Général de Gaulle dans son discours du 25 août 1944 parlant de Paris :

Non, nous ne dissimulerons pas cette émotion profonde et sacrée. Il y a des minutes qui dépassent chacune de nos pauvres vies.

La culture brisée, la culture martyrisée mais la culture libérée.

Et j’ajouterai, même si une épée de Damoclès semble être encore suspendue au-dessus de la tête de ceux qui font cette culture, fleuron de l’esprit français, tant admirée et enviée de par le monde, ce « Tous ensemble pour la musique » est la preuve concrète que malgré les pertes de ces derniers mois, ( 15.000 concerts annulés et un déficit pour l’année de 4,5 milliards d’euros d’après TLM )  la culture et surtout la musique se tiennent debout combattantes car les perdre serait perdre un peu de l’âme de chacun de nous.

Helena Mora

Photos : Christian Evrard et France 2