Michel Cabu : la musique en réponse à la haine

Samedi 13 Septembre, Romain Colas, maire de  Boussy-Saint-Antoine, et les élus de son agglomération rendirent un double hommage à Jean Cabu en inaugurant en présence de la famille du dessinateur disparu dans le carnage de Charlie Hebdo la médiathèque de la ville, qui de surcroît portera son nom pour que plus personne ne puisse oublier mais aussi une exposition sur les débuts de Jean Cabu à l’époque où il signait son nom avec un k.

Romain Colas ému à évoqué le Cabu de son enfance, celui de Dorothée et de Jacky, la génération Club Dorothée et Récré A2.

Sur scène, Véronique Brachet Cabu veuve de Jean Cabu et toute la famille complétaient ce tableau d’un dimanche presque à la campagne.

Tous habillés de blanc et chapeau sur la tête, le groupe Hot Swing Orchestra qui accompagnait ces festivités était celui du frère de Jean Cabu.

Ils jouèrent des airs de jazz des années 1930 et nous transportèrent dans un délicieux voyage dans le temps.

Près d’eux, une vieille Citroën de 1930 garée dans la cour de la ferme mettait un point final au décor.

Le soleil était de la fête et même si on ne pouvait voir les sourires sous les visages masqués on les devinait.

Le groupe jazz avait joué ses dernières notes, je m’ avança alors vers Michel Cabu et lui demanda de m’accorder quelques instants, je n’avais rien préparé mais mes questions venaient du cœur.

Bien sûr, nous parlâmes musique mais nous parlâmes surtout de l’importance de la musique face à  l’horreur.

Il me confia que jouer était sa réponse à Al-Qaïda et que c’ était aussi son exutoire après le décès de son frère.

Quant à moi, j’étais en admiration devant lui, souriant et sans haine, sa musique qu ‘il joue dans ce groupe depuis 22 ans a été certainement son garde-fou, son frère avait même fait toutes les pochettes des albums de son groupe et il aimait profondément sa musique.

La musique adoucit les mœurs dit-on, je ne sais pas mais dans le cas de Michel Cabu elle efface la haine.

La musique est sa façon à lui de dire on continue, rien ne nous arrêtera.

La musique en réponse à la haine une belle leçon de vie.

Hélèna Mora