Lana Gelin donne des ailes à un standard du jazz

Douce, chaloupante, tanguante, caressante et enivrante la voix de Lana Gélin nous emporte dans un océan de bien être et la jeune femme nous démontre ainsi que malgré son jeune âge, elle n’a rien à prouver incarnant à merveille les mots du grand Pierre Corneille « Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années ».
Ce qui étonne cependant chez une si jeune femme c’est le choix d’une chanson immortalisée par Julie London en 1955 entre autres et reprise en français par Viktor Lazlo en 1985 sous le nom de « Pleurer des rivières ».
Chanson standard du jazz « Cry me a river » est un must, un véritable diamant que seuls les plus grands osent interpréter.


L’interprétation de Lana accompagnée juste à la guitare et qui nous livre sa voix à nue et joue avec elle comme si elle dansait, viens donc s’ajouter à la longue liste d’artistes qui ont repris ce titre mythique.
Postée sur le Facebook de son père et manager Manuel Gélin, ce cover qui à mon sens n’en est pas un puisque le groupe « Elle et Lui »,  s’est approprié le titre le réinventant et le reliftant, et cela a été pour moi le premier rayon de soleil de ma journée.

Helena Mora