Indochine, nos célébrations Bruxelloises

La nouvelle est tombée il y a quelques heures après deux photos énigmatiques que Nicola Sirkis avait postées il y a quelques jours à peine sur les réseaux sociaux : un concert gratuit sur la Grand Place de Bruxelles, samedi 25 septembre 2021.


Outre le concert du jour des 40 ans d’Indochine que le groupe a choisi de faire sans public sur YouTube le 29 septembre prochain, peut-être pour toucher plus de monde, me déclara il y a 4 jours Emmanuel Marolle, chef culture et télévision du Parisien, le leader d’Indochine qui a annoncé depuis quelque temps la préparation d’un 14ème album, a, hier matin, dévoilé la réponse à l’énigme.

«Fiers et heureux de célébrer les 50 ans de la Fédération Wallonie-Bruxelles et nos 40 ans sur la Grand-Place de Bruxelles avec la Belgique, après ces derniers mois si difficiles. Ne jamais oublier Bruxelles. Ne jamais oublier la Belgique.» explique Nicola Sirkis.


Il faut dire qu’à ce petit jeu, Nicola Sirkis est passé maître chaque fois qu’il veut annoncer un événement du groupe ou un concert, il le fait par le biais de véritables devinettes et casse-tête qui mettent le cerveau de ses fans en ébullition.
Cette fois, la réponse exacte était : un concert gratuit sur la Grand Place de Bruxelles, samedi 25 septembre 2021.

Crédits: Eric Danhier-Ville de Bruxelles


Hier matin, les places se sont donc écoulées comme des petits pains sortis du four indochinois en 10 minutes à peine… C’était sold-out.
De quoi faire grincer les dents des non élus et non élues car le monde entier n’est pas suspendu aux réseaux sociaux de Nicola Sirkis, ses musiciens et le réseau officiel du groupe !
Eh oui, beaucoup étaient dans la vraie vie, c’est-à-dire au travail et les places même gratuites, leur sont passées douloureusement sous le nez.
Alors cette décision de Bruxelles n’est pas surprenante.

D’une part, Nicola et son frère jumeau, Stéphane, y ont vécu une bonne partie de leur enfance et adolescence.

Et, d’autre part, Nicola considère la Belgique un peu comme sa seconde patrie, véritable mère nourricière qui a vu naitre ses balbutiements artistiques.
Faut-il rappeler que l’immense tube  » L’aventurier » (sorte de porte-drapeau du groupe) est né de ses lectures de livres d’un certain écrivain belge, Henri Vernes ?
Décédé cette année, il vivait à Bruxelles, là où Nicola va se produire avec son groupe et surtout il n’avait jamais vu un concert live de ceux qui lui ont emprunté son personnage, personnage de toute une vie, 40 ans d’écriture, ce n’est pas peu dire !
Ce Monsieur, plein d’humour, à l’intelligence si pétillante, le regardera cette fois certainement de là-haut.

A 101 ans, il s’en est allé sans revoir Nicola Sirkis dont il me parlait avec affection et humour : « 60 ans, il faudra qu’il fasse attention, il commence à se faire vieux Nicola. ».

Cela me faisait éclater de rire car il avait déjà, lui, plus d’un siècle ! 
Alors, j’espère que samedi prochain, Nicola aura un mot pour lui rendre hommage car finalement, il fait partie de la légende indochinoise.    « L’aventurier » et « Miss Paramount » sont nés de l’imagination de cet ancien journaliste et résistant.
Alors la belle place dorée du moyen-âge mais dont les dorures ne sont plus d’époque et l’architecture a été reprise au XIXème siècle, celle que Victor Hugo sacra la plus belle place du monde, samedi verra débarquer l’univers Indochine et sa meute de fans.
Elle résonnera tout entière du fameux son Indochine et ajoutera sa magie à celle du groupe dont le leader à un cœur fait de deux patries.
Pour les fans qui seront présents, sevrés depuis plus d’un an, de concerts live de leur idole et presque Dieu…

Ce sera une aubaine, un jour à marquer de la croix indochinoise, pour les autres et bien, il faudra à nouveau scruter les réseaux sociaux en attendant la nouvelle énigme.
Un dernier mot pour conclure, ce concert a été offert par la ville de Bruxelles avec le soutien de la radio CLASSIC 21, un joli cadeau pour lancer le coup d’envoi du Central tour et surtout de cette année des 40 ans.
Célébrations Bruxelloises, à quand les célébrations Parisiennes ?
Mais il faut être juste aussi, jusqu’à ces dernières heures, la tournée du Central tour ne comptait aucune date en Belgique ou en Suisse.

Ce concert, samedi, je le vois un peu comme un dédommagement à ses fans belges qui l’ont toujours soutenu, même aux pires instants de sa carrière.
Et puis, il faut dire ce qui est, Nicola Sirkis n’a pas sa pareille pour surprendre son public et déborde d’imagination. Déroutant, imprévisible, il ne cesse de mettre le cœur de ses fans à rude épreuve en jouant avec eux un cache-cache envoûtant et ne faisant rien comme les autres, de ce fait il est parfois très difficile à suivre.


Helena Mora

Photo : Stéphane Ridard / Indochine officiel / Eric Danhier-Ville de Bruxelles

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire