N’attendons pas : le nouveau titre de Vianney

Ce matin, Vianney nous a dévoilés son tout nouveau titre intitulé « N’attendons pas » depuis chez lui – confinement oblige –, largement relayé sur les ondes.

Après avoir disparu des réseaux sociaux depuis presque 2 ans, l’artiste nous a mis en appétit musical, il y a quelques jours, en postant une vidéo sans son de lui fredonnant son nouveau morceau, sur son compte Instagram.

Comme de très nombreux fans, j’ai instinctivement augmenté le volume de mon smartphone, pensant que le son était défaillant. Or, il n’en était rien. Seulement une petite blague de Vianney brandissant, tout sourire, une feuille de papier sur laquelle il était écrit : « Pour l’instant, y a pas de son (Haha). Il l’a ensuite retournée, nous donnant rendez-vous le 7 mai pour découvrir sa nouvelle pépite musicale.

Atteint du Covid 19 malgré son jeune âge (29 ans), le chanteur confie au magazine Public avoir souffert d’une « fièvre et une toux de dingue », et ce durant quinze jours. Toutefois, et malgré quelques complications, il a échappé à une hospitalisation, comme cela s’avère nécessaire dans des formes sévères du virus.

Affaibli mais néanmoins guéri, celui qui a participé début avril au collectif « Et demain ? » au profit de la Fondation Hôpitaux de Paris-Hôpitaux de France présidée par Brigitte Macron, nous revient en force avec cette toute nouvelle chanson, et semble immunisé par sa créativité autant que par le virus.

Après avoir enchaîné les tubes et les collaborations artistiques (Gims, boulevard des airs, Black M, etc), c’est donc en solo qu’il prépare un nouvel album (3e) jusqu’à la fin de l’été, « comme si c’était le dernier » selon ses dires.

« N’attendons pas ». Tel est le mantra entonné par Vianney. Une véritable ode à la vie, un hymne à l’instantanéité. N’attendons pas de vivre. La vie est un cadeau où la procrastination n’a pas (plus) sa place. Le Coronavirus nous a tous touchés, directement ou indirectement. Et il nous aura appris ceci que rien n’est acquis, ici bas. N’attendons pas la fin ni qu’il soit trop tard. N’attendons pas la mort s’emparer de nos vies. N’attendons pas d’aimer ni de nous faire aimer. N’attendons pas. Ce temps qui régit l’Humanité, et qui s’enfuit déjà, malgré nous. Assurément, il y aura un avant et un après Covid 19, à l’heure où plane le doute sur une éventuelle deuxième vague, fragilisant possiblement le déconfinement à venir.

Dès les premières notes, on reconnaît le style singulier ainsi que l’écriture mélodieuse et humaniste de Vianney. Ses mots capables d’adoucir nos maux. Le bruit de ses doigts frottant les cordes de sa guitare sèche. Ses vibratos aussi. Lui qui nous a tant manqués.

Ce confinement auditif est des plus réjouissants et empli d’espoir. Indubitablement, nous sommes contaminés par sa jeune œuvre musicale et par la fraîcheur qui émane de ce morceau inédit.

Dans une interview accordée au magazine Journal de femmes, Vianney confie avoir encore de belles choses à (nous) raconter, suite à un voyage, enrichissant ainsi davantage son répertoire ainsi que son patrimoine musical.

Une chose est sûre : nous n’attendrons pas d’aller l’applaudir lors de son retour sur scène !

Rédaction article : Amandine LEBRETON.

Photos : vianney-musique.com

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire