Avant le concert test d’Indochine

Ça y est, on connait les heureux élus et les malheureux perdants du concert test d’Indochine.
Des larmes et des rires pour les fans d’Indochine qui répondront toujours à l’appel si on les laisse participer… Certains ont littéralement fondu en larmes lorsqu’ils ont appris qu’ils étaient recalés par l’équipe sanitaire des hôpitaux de Paris, d’autres se plient docilement aux consignes sans savoir s’ils seront dans le groupe des élus pouvant assister au concert dans la salle ou dans celui de ceux qui devront faire le test mais rester chez eux sans pouvoir regarder le concert.
Que ne feraient-ils pas pour faire plaisir à leur groupe et surtout à leur leader… ils s’en font même un devoir.
Mettez sur scène un autre groupe qu’eux et l’Accord Arena ressemblera à une boite de sardines après le passage du chat.


A votre avis pourquoi c’est la candidature du groupe français, champion des stades qui a été choisie pour ce concert évènement ?
C’est que Nicola Sirkis a une aura immense et brille comme le roi soleil au-dessus de ses fans, non l’image n’est pas trop forte quand on connait la fan base du groupe.
Nicola en bon prince a décidé alors de récompenser ceux qui ne verront pas le concert mais accepteront de participer à l’expérience en leur offrant un billet pour leur prochain événement en mai 2022.
Bref, donc aux heures du goûter d’enfants, pour cause de couvre-feu, les fans d’Indochine transformés cette fois ci en cobayes seront là, le cœur battant masqués et surveillés par des caméras pour vérifier s’ils portent bien leurs masques.
Pour Nicola Sirkis qui a déclaré il y a peu de temps qu’il ne se produirait jamais devant un public masqué le revirement est étonnant et le « jamais » semble s’être quelque part volatilisé.

Ces derniers jours, les équipes des hôpitaux de Paris s’affairent autour du public tiré au sort.
Quelques-uns ont été recalés pour causse de poids, les autres d’office en raison des critères drastiques de sélection… Je vous rappelle qu’il faut avoir entre 18 et 45 ans, habiter Paris ou la région parisienne et n’avoir aucune comorbidité… Ce qui met au placard une bonne partie des fans d’Indochine qui ont allégrement dépassé l’âge prescrit, le leader ayant lui-même déjà 62 ans.
Mais ce n’est pas un concert normal, c’est une expérience scientifique pour juger de l’avenir des concerts debout, c’est reproduire pour un test géant, les conditions d’un concert à l’identique sans gradins bien sûr.
Alors là c’est là que le bât blesse car en temps normaux, toutes sortes de gens se côtoient dans la fosse, c’est même un joyeux mélange de générations, de régions et même de pays.


Pourquoi si tout le public est consciencieusement testé avant le concert puis le jour même, y aurait-il des risques de contamination ?
Laissera-t-on entrer quand même ceux qui à l’entrée seront positif au Covid ?
La sécurité devant être drastique puisque renforcée par la présence du chef de l’état, je doute que même une souris ne puisse se glisser entre les mailles du filet.


Quant à Indochine, ils font figure de héros sanitaires, du moins déjà pour leurs fans qui même si la plupart sont exclus de cette expérience, les remercient vivement d’y participer comme ce fut un fait d’armes et les assurent d’être pour la plus grande partie présents l’année prochaine lors de leur tournée anniversaire des 40 ans qui se fêtera donc durant leur 41ème année d’existence.
Quand les fans d’Indochine déclarent qu’Indochine ça ne s’explique pas en voici un bel exemple.
Demain donc l’Europe entière aura les yeux braqués sur le plus grand groupe de rock français pour suivre ainsi l’avenir de cette crise sanitaire.
Oui demain sera un jour à marquer non pas d’une pierre blanche mais comme les fans du groupe le disent d’un indo-caillou si on peut parler en langage indochinois.
Quant à moi, je vous tiendrais au courant de toutes les étapes de cette expérience scientifique rythmée par ce qu’on appelle le son Indochine.


Helena Mora

crédit : © Jean-Louis Carli / Aléa / PRODISS