Félix Sabal-Lecco le « Papagroove » de Manu Dibango

Il a joué avec les plus grands, Peter Gabriel, Paul Simon ou encore Prince, Sting, Manu Dibango, Sade, Youssou N’ Dour, Lenny Kravitz, Lady Gaga, Georges Benson et accompagné NTM, France Gall, Phil Barney, Louis Bertignac, Alan Stivell et Michel Jonasz.

Il y a des héritages presque spirituels qui s’accrochent à nous comme le sable s’accroche à nos semelles et cela nous rentre dans l’âme pour toujours.
C ‘est l’amour de la langue de Molière et embrassant de ce fait tout le répertoire de la chanson française, on devient ainsi une sorte de dictionnaire vivant et c’est tout naturellement que l’on sent un jour le besoin de reprendre à sa manière ce répertoire qui a bercé notre enfance, adolescence et vie adulte.
Alors on a beau être considéré comme le plus grand batteur au monde, avoir un cv long comme le bras, baignant pour la plupart dans la musique chantée dans la langue de Shakespeare lorsqu’il s’agit de chanter soi-même et reprendre des titres c’est bien dans la langue de Molière que va notre choix.
Félix Sabal-Lecco a fait ce choix-là en fait son cœur et fait de deux moitiés, de deux pays le Cameroun et la France.

Sa carrière comme batteur mais aussi bassiste et arrangeur des plus grandes stars n’est plus à faire, il a vibré à tous les rythmes mais il a toujours gardé ce profond amour pour la chanson française
Cette fois il revisite dans des sons plus modernes Barbara, Brel, Brassens Gainsbourg, Hardy. Béart, Bécaud, Nougaro, Claude-François, Henri Salvator…


Il leur insuffle un autre rythme, une autre émotion et la magie opère !
Plus de 40 titres qui dormaient dans un tiroir ont été choisis pour composer un album.
D’ailleurs Félix n’a pas que la musique dans le sang il a la poésie de la chanson française dans les veines.
C’est l’Afrique ancestrale qui met la jeune France à l’honneur par le biais d’un musicien qui a joué sur toutes les scènes du monde avec le nec plus ultra de la musique internationale.
Cet album est une pépite, une Madeleine de Proust mais surtout le cri d’amour d’un jeune Camerounais devenu français en 1990 au pays qui l’a accueilli (son père était ministre du Cameroun) un pays qui l’a vue pousser comme un bel arbre fruitier qui aujourd’hui donne ses fruits, des fruits à la chair tendre et un peu sucrée à l’image même de ses émotions.


Félix n’a pas pour ambition de réinventer le répertoire français mais de raviver les souvenirs des plus âgés et le faire découvrir aux jeunes générations dans un son plus proche d’eux sans tomber dans le stéréotype du rap ou du slam car il a voulu garder intact l’ADN de ses chansons là avec leur musique chantée, lui qui au départ à fait sa vie avec des baguettes dans les mains et pas un micro.
Alors il est temps de boucler vos ceintures, Félix vous emmène en voyage à travers son âme d’enfant au pays des larmes et du sourire au pays de la chanson française.

Helena Mora

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire